Warning: A non-numeric value encountered in /web/htdocs/www.reteparri.it/home/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5837
Seleziona una pagina

L’Istituto nazionale in tutte le sue componenti partecipa al lutto per la scomparsa di César Dujany, presidente dell’Istituto di Aosta e personalità di alto valore civile, politico e culturale e trasmette alla famiglia e a tutti i collaboratori le condoglianze per la perdita.


Il communicato dell’Istituto di Aosta:

Aoste, ce 31 Mars 2019

Participation

Avec regret, nous nous associons au deuil de la Communauté Valdôtaine toute au moment de la disparition de Mr le Sénateur César Dujany, membre fondateur de cet Institut le 5 avril 1974, conseiller depuis 2004 et notre cher président dès 2008 à nos jours. Il suivit pendant ses mandats, la réalisation d’une quinzaine de publications d’histoire contemporaine du Val d’Aoste sur des sujets tous innovants, outre que le renforcement de l’offre didactique ; il inaugura aussi le Concours régional scolaire lié à l’histoire contemporaine valdôtaine, associé au Voyage de la Mémoire.

Né à Tenso de Saint-Vincent, où son père était contrôleur du chemin de fer, le 20 février 1920, il venait tout juste d’avoir ses 99 ans.

Il eut la douleur de perdre son frère Adolphe, classe 1921, porté disparu dans la campagne de Russie.

Régionaliste convaincu et très actif toute sa vie durant, maquisard de la brigade Marmore du Valtournenche commandée par “Tito” Perron et témoin précieux, administrateur CLn en 1945 de Châtillon sa Commune, élu au Conseil communal de Châtillon en novembre 1946. Élève du Petit Séminaire d’Aoste, diplomé à l’Université de Turin en 1949 ès Lettres et Philosophie par une thèse sur les oeuvres de l’écrivain savoyard Xavier de Maistre, il était proche de la pensée de Jacques Maritain, du catholicisme social et de l’indépendance des laïques par rapport à la hiérarchie. Il fut pour un temps instituteur de la nouvelle école bilingue italien-français qui suivit la libération du fascisme et l’établissement de l’Autonomie valdôtaine en septembre 1945, un domaine, celui de l’éducation, vers lequel il eut toujours une attention particulière.

Conseiller régional pendant plusieurs mandats, il fut assesseur à l’Instruction 1966-1970 lorsque il publia, entre autres, les oeuvres de l’abbé Trèves, le chef de file antifasciste de toute une génération et du fédéralisme valdôtain, et le premier grand mémoire sur le Val d’Aoste par Mr le professeur Janin et l’oeuvre Histoire de la Vallée d’Aoste par André Zanotto. En tant que président de la Région de 1970 à 1974, il inaugura la série des Cahiers sur le particularisme valdôtain sous la direction de Mr Lin Colliard et les soins de Mr Joseph-César Perrin, en donnant grand essor et développement à la culture et à la pensée autonomiste valdôtaine et notamment à la pensée fédérale de Émile Chanoux. Parmi ses nombreuses réalisations, l’on rappelle qu’il fut promoteur aussi dans le domaine de l’expérimentation didactique par l’inauguration de classes innovantes d’école supérieure et dans le domaine de la sauvegarde des forêts et du territoire, avec l’inauguration du Corps forestier régional valdôtain. Aussi, il inaugura les services sociaux régionaux, par la création de l’assistentat social.

Au cours de ses mandats en tant que député du Val d’Aoste, il suivit, avec Mr le président de la Région Mario Andrione, le dossier de la répartition fiscale entre l’État et la Région Autonome Vallée d’Aoste. Sénateur de la République 1987-1996. Il a été parmi les membres, pour un temps, du Cnel, Consiglio nazionale per l’energia e il lavoro.

Fin intellectuel, défenseur attitré de l’exception culturelle valdôtaine dans une Europe unie et fédérale, il sut toujours voir clair et lointain, en oeuvrant dans toutes les circonstances et dans les institutions pour la Communauté toute.

Le Comité Directeur de l’Institut avec le Vice-Président Mr François Stévenin, les Conseillers MM Binel, Corniolo, Ferina, Lucat, Omezzoli, Mmes Pramotton, Simonetti, les Syndics Réviseurs MM Rubbo, Chamois et Daudry, la Directrice Madame Vilma Villot, les collaborateurs tous de l’Institut Le remercie pour l’activité assidue qu’il a déployée à l’Institut, pour sa disponibilité jamais démentie et pour sa présidence sage et clairvoyante et ils présentent à sa Femme dame Augusta et ses Fils Adolfo et Roberto et leurs Familles, ainsi qu’aux Neveux et aux Nièces, les condoléances les plus senties.